La Noix du Périgord, Cocal, cacalou e nougaillou*
La Noix du Périgord, Cocal, cacalou e nougaillou*
On ne peut étudier le noyer sans passer par le Périgord, terre d’élection de cet arbre d’or, il s’harmonise à merveille avec les paysages de la Vallée Vézère. Sans lui, le Périgord ne serait pas le Périgord.

Une noyeraie dispersée

Le Sud Ouest est une région traditionnelle de culture du noyer. Le territoire occupé par les noyeraies est très vaste. Il débute en Charente, traverse toute la Dordogne suivant une direction N.O./S.O. pénètre la Corrèze dans la région de Brive et enfin s’étale dans le Lot.

Les noyers occupent les grandes vallées, les versants bien exposés, des coteaux, les terrasses fertiles et surtout les combes gréseuses. Les vallées où il gèle beaucoup ou à sol asphyxiant, les coteaux trop secs et très pauvres ne portent pas de noyers 

La noix du Périgord est une noix de caractère qui bénéficie de l’AOC Périgord. Plusieurs variétés se répartissent dans les différents terroirs : corne, franquette, marbot, grandjean. 

Les principales variétés

La corne est fort goûteuse, elle est de taille moyenne et son cerneau est blanc. On peut la conserver plus longtemps que la marbot. L’amande est excellente, se conserve bien mais son extraction est peu aisée. Ce n’est pas une noix de cassage, mais une excellente noix de table.

 La marbot est très précoce, sa coque est mince et fragile, on la consomme assez rapidement et son goût est très fin. Son amande est excellente, c’est une variété très recherchée, ce n’est pas une noix de cassage.

  La franquette a été introduite il y a une cinquantaine d’années, elle vient du Dauphiné et elle s’est merveilleusement acclimatée au terroir. Elle a été introduite en Périgord car suite à des hivers trop rigoureux et un abattage systématique pour utiliser le bois, le noyer a bien failli disparaître du paysage périgourdin. La franquette se distingue par sa grosse coque et ses qualités gustatives qui ne sont plus à démontrer. Les amateurs apprécient son goût noisette. 

La grandjean : typiquement Sarladaise, petite et ronde (3cm), noix de caractère au goût marqué associé à une point d’amertume, elle est considérée la meilleure du point de vue gustatif.

Le noyer, arbre d’or

  Avec plus de 4300 hectares de noyers, la Dordogne est le deuxième pays producteur (source SCEES SDSA Dordogne). Le bois de noyer est fait de fibres longues, faciles à polir, à sculpter, peu nerveux et stable. Il a des qualités physiques indiscutables et ses teintes chaudes sont un enchantement pour les yeux. Le noyer occupe une place très importante dans l’économie des régions productrices de noix.

Un véritable trésor de la nature

La noix est un aliment excellent, riche en vitamines, en  acides gras et en oligo-éléments, on peut la déguster de mille façons dans des gâteaux, dans des salades, sous forme d’huile, de vin ou de liqueur. Récoltée depuis octobre, elle tombe naturellement des arbres et parce que ce produit est sain, bien calibré et de premier choix, l’appellation d’Origine Contrôlée lui a été décernée en 2002. En novembre 2018, l’huile de noix du Périgord a obtenu son AOC : le produit présentant une typicité lié à son terroir. Ce label permet d’identifier les différentes étapes de fabrication réalisées dans une même zone géographique et selon un savoir-faire reconnu. 

Belle, bonne et bien née, la noix du Périgord a une origine en or !

Vraiment la noix du Périgord est un produit noble, à déguster sans modération !

*noix, petite noix et cerneau de noix

 

« Du pain frais et des noix fraîches ! Une gourmandise des plus fines, un plaisir des plus purs pour qui n’a pas perdu le goût du pain et des joies simples. Et le vin, nouveau de préférence dégusté avec des noix !… » L’instinct de gourmandise en Périgord », Michel Testut